Cérès

Situation générale

géographie

Les terres de Cérès sont divisées en plusieurs grandes régions qui partagent des liens historiques les unes avec les autres sur le plan culturel et politique. Le terrain varie de la forêt profonde à la haute montagne, des graminées ondulantes aux marécages bouillonnants.

Dans de nombreuses contrées, il règne une paix relative et les plaines et les collines de Cérès comptent parmi les endroits les plus reposants. De manière générale, plus on se rapproche du Maelstrom, comme une grande plaie au cœur de Cérès, plus le terrain devient rugueux et moins tout semble paisible. Le mal du Héraut s’infiltre dans la terre elle-même, l’infectant de l’ombre de son funeste destin.

géopolitique

Chaque nation est différente, aussi bien en termes de gouvernement, de magie ou de culture. Les habitants de Cérès composent une mosaïque variée et plurielle, riche de nombreuses ascendances et de nombreuses couleurs de peaux ou de traits faciaux caractéristiques. Mais, bien qu’ils soient tous différents, ce qui unit les peuples de Cérès est clairement leur ancêtre commun : les Varènes. Toutefois, chaque peuple à sa propre vision de ces lointains aïeux, ce qui engendra au cours des siècles d’innombrables querelles, en plus des conflits pour le contrôle de la terre, des ressources naturelles ou de luttes d’influences.

Bien que les différents domaines se partageant Cérès varient largement en pouvoir et en influence, aucun d’entre eux ne domine totalement les autres. Astaeria a beau jouir d’une réputation bien méritée de carrefour culturel et être largement reconnu comme le plus vieux domaine humain, fondé au commencement même du Troisième Âge, la nation d’Unauwin est aujourd’hui plus attractive pour les factions religieuses et commerciales. Ses institutions culturelles sont inégalées en nombre et en puissance. L’éclat a peut-être quelque peu pâli du domaine elfique d’Arendaniel, que l’on appelle encore « Le Béni » ou de l’Ancien Oloeri, le plus puissant des domaines nains, place forte du commerce et de l’artisanat, mais ce sont deux nations sur lesquelles il faut encore compter, ayant toutes deux passé le test du millénaire d’existence. Des terres lointaines comme Derarin et Ocia  conservent un pouvoir important à la périphérie civilisée de Cérès et les nations insulaires de Galear et Rao gardent le flanc ouest du continent.

chronologie

Le Premier Âge de Cérès est appelé l’Âge des Mythes, avant l’arrivée des Varènes. Il a duré de nombreux millénaires et s’est achevé avec la Calamité venue des Cieux.

Le Deuxième Âge de Cérès, que l’on connaît également sous le nom de Renaissance, a duré de quatre à cinq mille ans. Durant cet âge, les Varènes se sont mêlés avec les peuples primitifs de Cérès pour donner naissance aux êtres qui peuplent le monde aujourd’hui.

La plupart des historiens considèrent que le début du Troisième Âge, l’Âge des Rois, que l’on mesure à l’aide du Calendrier varène, peut-être fixé au moment où les humains élevèrent le grand trône d’Astaeria. L’année actuelle est l’année 1500 CV.

Détails

religion

L’Église des Dieux Célestes dispose d’une influence majeure sur les habitants de Cérès depuis de nombreux siècles, avant même le début du Troisième Âge, mais elle est désormais fragmentée et n’existe plus dans sa forme originelle.

L’Église de la Source est l’un des plus anciens cultes de Cérès, originaire d’Astaeria, dont est issue l’Église des Étoiles Infinies (voir ci-dessous). Les dévots de la Source prient parfois les Dieux Célestes, mais leurs croyances sont fondées sur la prépondérance d’une cause supérieure qu’ils élèvent au-dessus de tout : la Source par-delà les Étoiles, dont est issue toute vie. Les croyants perçoivent les Dieux Célestes comme des figures plus allégoriques que littérales, leur conférant un sens signifié plutôt qu’une existence physique et, s’ils sont confrontés à un féroce débatteur théologique, peuvent finir par confesser dans un long soupir affecté qu’ils n’existent peut-être tout simplement pas réellement.

L’Église des Étoiles Infinies est une des organisations religieuses les plus anciennes et les plus actives de Cérès. Selon son dogme, les Varènes existent aujourd’hui encore, divins et au-dessus des mortels ; guidant les actions des croyants et les événements du monde. L’Église reconnaît l’existence de nombreuses divinités, qui sont pour la plupart d’un genre indéfini (par exemple, beaucoup de récits décrivent Althaer le Vengeur comme étant parfois un homme, parfois une femme). Les fidèles peuvent ainsi prier pour obtenir l’aide et les conseils de divinités qui correspondent à leurs besoins du moment.

De nombreuses églises se sont répandues à travers Cérès se concentrant sur l’adoration d’un Dieu Céleste en particulier à l’exclusion des autres divinités. Les fidèles reconnaissent bien le caractère divin de tout le panthéon, mais la divinité qu’ils ont choisi de suivre est celle à qui ils consacrent leur vie. Ces sectes et ordres religieux ont tendance à être plus rigoureux dans la façon dont ils perçoivent leur divinité patronne. Ils sont aussi moins tolérants envers ceux qui servent un Dieu Céleste différent. La plupart des conflits religieux et des guerres qui se sont emparés de Cérès au cours des derniers siècles doivent leur origine aux tensions entre les partisans d’un Dieu Céleste et ceux d’un autre.

Enfin, dans quelques cas, des schismes sont survenus et des personnes en quête de liberté religieuse ont brisé leurs liens avec une église plus grande dans leur pays natal pour fonder une petite secte dissidente. Ainsi, l’Église d’Edaulla a débuté comme un culte qui célébrait un grand prophète et martyr du même nom. Cette croyance est née à Cadelania, mais ses adeptes en ont été chassés et ont été contraints de fuir jusqu’à la côte ouest de Cérès, où ils ont pu former leur propre domaine et pratiquer leur forme spécifique de culte comme bon leur semblait. Avec le temps, leur église est devenue une religion d’État, et les habitants qui s’accrochent à une autre foi trouvent parfois l’atmosphère oppressante et les esprits fermés.

Créateur
Blaede
Catégories du monde